IVRAF FA 0104 : Justice de paix de Fatick : Différence entre versions

De wiki_fatick_inventaire
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Fichier:Nom de l'image.JPG|right|600px|''Légende de l'image'']]
+
[[Fichier:IVRF_2012FA01526NUCA_P.JPG|right|600px|''Justice de paix de Fatick'']]
 
== '''''Références du dossier documentaire''''' ==
 
== '''''Références du dossier documentaire''''' ==
 
===Numéro du dossier===
 
===Numéro du dossier===
Ligne 151 : Ligne 151 :
  
 
<gallery>
 
<gallery>
Fichier:Nom de l'image.JPG|
+
Fichier:IVRF_2012FA01526NUCA_P.JPG|
 
</gallery>
 
</gallery>
  

Version du 15 mars 2013 à 19:16

Justice de paix de Fatick

Références du dossier documentaire

Numéro du dossier

IVRF_FA_0104

Date d'enquête

07 / 02 / 2013

Nom et prénom de l'enquêteur

FAYE Selbé

Désignation

Dénomination(s) actuelle(s)

Centre culturel régional

Appellations successives

Justice de paix de Fatick

Service de l’information

Centre culturel régional

Type de patrimoine

Patrimoine matériel

Thématique

Colonialisme

Localisation

Département

Fatick

Commune

Fatick

Quartier

Escale

Adresse

Justice de paix de Fatick, actuel centre culturel régional, quartier Escale, Fatick

Références cadastrales (le cas échéant)

Section :.......... N° parcelle(s) :..........

Géolocalisation

Latitude : 14° 19’ 00.12 Nord

Longitude : 16° 25’ 00. 12 Ouest

Historique et description

Acteur(s)

Ancienne administration coloniale française

Date/période de réalisation

XXe siècle

Historique

Le centre culturel régional de Fatick fut un tribunal pendant la période coloniale. En effet, on ne parlait pas de tribunal à cette époque mais plutôt de justice de paix dans les territoires des indigènes (ceux qui ne bénéficiaient pas de la nationalité française).

Cette justice de paix était dirigée par le juge de paix. Le dernier juge de paix de Fatick fut El Hadj Farba Diouf, ancien chef de canton. Au sein de cette justice de paix, l’on notait un tribunal musulman composé de chefs coutumiers nommés à vie. Ces chefs coutumiers étaient appelés assesseurs ou cadis et étaient choisis dans chaque quartier pour leurs qualités d’hommes responsables, respectueux et respectés.

Dans cette justice de paix, seuls les indigènes y étaient jugés. En plus d’avoir la charge de régler les litiges des indigènes, ce tribunal avait la compétence d’émettre des supplétifs. Ces supplétifs faisaient office d’extrait de naissance pour les personnes non déclarées à l’état civil. L’on voyait donc marqué sur ces actes de naissance ceci « le Président du jugement tient lieu d’acte de naissance ». La justice de paix avait la mission de régler les conflits simples tels que : disputes, conflits familiaux, problèmes matrimoniaux… Ce fut une justice conciliatrice.

Par ailleurs, en cas de conflits beaucoup plus sérieux, le jugement s’effectuait au tribunal du cercle (équivalent de la région aujourd’hui) de Kaolack dans lequel dépendait la subdivision (équivalent du département aujourd’hui) de Fatick.

Description

L’ancienne justice de paix de Fatick correspondant aujourd’hui au centre culturel régional de Fatick est situé au quartier Escale. Le site est clôturé par un mur en crépis agrémenté d’une porte cochère et d’une porte piétonne. Les deux portes dispose chacune d’un imposte.

L’actuel centre culturel régional abrite un bâtiment de construction coloniale caractérisé par sa toiture pentue en tuiles mécaniques. Il est composé de deux élévations en gouttereaux et deux façades en pignons.

L’élévation antérieure comprend des baies persiennes grises en fer. C’est une façade peinte en jaune, marquée par sa galerie dans œuvre agrémentée de deux marches. Quant à l’élévation postérieure, en crépis, elle se distingue par ses claustras gris en fer forgé. La façade en pignon couvert est composé de deux fenêtres et de deux fenestrons toujours en persiennes grises. Une construction moderne mitoyenne au bâtiment colonial et un gros baobab font partie du décor ce qui fut le justice de paix de la subdivision de Fatick.

Croquis (le cas échéant)

État sanitaire

Passable

Lieux associés (autour de la même thématique)

France (pays d’origine des administrateurs coloniaux)

Kaolack (cercle auquel dépendait la justice de paix de Fatick)

Culture(s) orale(s) en lien avec l'ensemble patrimonial

Légende(s) et/ou mythe(s) associé(s)

Anecdote(s),discours,impression(s)sur l'ensemble patrimonial

Fonction(s) initiale(s) et utilisation(s) actuelle(s)de l'ensemble patrimonial

Fonctions initiales : siège de la justice de paix de Fatick, centre de l’information

Utilisations actuelles : centre culturel régional, lieu de mémoire

Statut et signification actuelle de l'ensemble patrimonial

Statut : propriété publique de l’Etat

Signification actuelle : L’ancienne justice de paix de Fatick revêt une importante valeur patrimoniale du fait de sa fonction de justice de proximité et de conciliation.

Informations complémentaires sur l'ensemble patrimonial

Sources

Bibliographie

Tradition orale

DIALLO Doudou, adjoint au maire de Fatick

GOMAR Ndane, expéditionnaire à la retraite, quartier Ndiaye Ndiaye, Fatick

NDIAYE Djibril, menuisier à la retraite, quartier Ndiaye Ndiaye, Fatick

NDIAYE Ngor, deuxième adjoint au maire de Fatick

SAMB Ablaye, ancien employé municipal et notable à Fatick

Sources écrites

PETIT Jacques-Guy, une justice de proximité : la justice de paix (1790-1958), Université d’Angers, Centre d’histoire des régulations sociales, 2002.

Illustrations

Photographies actuelles

Documents anciens (photographies, peintures, gravures...)

Dessins/croquis