IVRAF FA 0014 : Tiour Diomaaye Niane (rituel) : Différence entre versions

De wiki_fatick_inventaire
Aller à : navigation, rechercher
(Historique)
Ligne 68 : Ligne 68 :
 
===Historique===
 
===Historique===
  
Dès son installation au XIIIe siècle en tant que roi du Sine avec comme capitale Sanghaï, Diomaaye NIANE avait trouvé un lieu dans le village où il se retirait pour faire ses ablutions mystiques. Ce lieu se trouve aujourd’hui dans le quartier Pétia de Sanghaï. Il y faisait également ses libations jusqu’à sa disparition mystérieuse qui se serait passée en ce lieu même. En effet, avant de disparaître, le roi aurait prévenu les habitants en leur disant que le jour où ils verraient un cercle avec les marques de ses pieds à l’intérieur, qu’ils en comprissent la signature de sa mort. Il leur prédit alors d’enterrer cette dernière marque qu’ils auraient de lui, ce que les habitants de Sanghaï firent. Ils auraient retrouvé cette marque, l’auraient enterré et y auraient aménagé une petite toiture de case toujours visible aujourd’hui. Par ailleurs, la façon dont leur roi a disparu reste jusqu’aujourd’hui une énigme. Les habitants se demandent donc si le roi serait aux cieux ou sous terre. Afin de jouir des bénédictions de leur roi, les habitants du village de Sanghaï ont donc fait de ce lieu, un Pangool (Génie religieux) mais surtout un lieu de libations dont le rituel s’appelle Tiour Diomaaye NIANE, en hommage à ce dernier.
+
Dès son installation au XIIIe siècle en tant que roi du Sine, avec comme capitale Sanghaï, Diomaaye Niane avait trouvé un lieu dans le village où il se retirait pour faire ses ablutions mystiques. Ce lieu se trouve aujourd’hui dans le quartier Pétia de Sanghaï. Il y faisait également ses libations jusqu’à sa disparition mystérieuse qui se serait passée en ce lieu même.
 +
 
 +
Avant de disparaître, le roi aurait prévenu les habitants en leur disant que le jour où ils verraient un cercle avec les marques de ses pieds à l’intérieur, cela signifierait sa mort prochaine. Il leur indiqua d’enterrer cette dernière marque qu’ils auraient de lui. Lorsque le roi disparut, les habitants de Sanghaï auraient retrouvé cette marque, l’auraient enterré et y auraient aménagé une petite toiture de case, telle que celle visible aujourd’hui.
 +
 
 +
La façon dont le roi a disparu reste aujourd’hui une énigme. Les habitants se demandent si le roi serait aux cieux ou sous terre. Afin de jouir des bénédictions de leur roi, les habitants du village de Sanghaï ont donc fait de ce lieu un Pangool (génie religieux) mais surtout un lieu de libations dont le rituel s’appelle Tiour Diomaaye Niane, en hommage à ce dernier.
  
 
===Description===
 
===Description===

Version du 22 octobre 2012 à 10:35

Références du dossier documentaire

Numéro du dossier

IVRF_FA_0014

Date d'enquête

26 / 09 / 2012

Nom et prénom de l'enquêteur

FAYE Selbé

Désignation

Dénomination(s) actuelle(s)

Rituel de libations

Appellations successives

Tiour Diomaaye NIANE

Type de patrimoine

Patrimoine immatériel

Thématique

La royauté

Localisation

Communauté rurale

Niakhar

Lieu-dit/quartier/autre

Pétia

Adresse

Quartier Pétia, Sanghaï

Références cadastrales (le cas échéant)

Section :.......... N° parcelle(s) :..........

Géolocalisation

Latitude :
Longitude :


Historique et description

Acteur(s)

Diomaaye NIANE, roi du Sine au XIIIe siècle

Date/période de réalisation

XIIIe siècle

Historique

Dès son installation au XIIIe siècle en tant que roi du Sine, avec comme capitale Sanghaï, Diomaaye Niane avait trouvé un lieu dans le village où il se retirait pour faire ses ablutions mystiques. Ce lieu se trouve aujourd’hui dans le quartier Pétia de Sanghaï. Il y faisait également ses libations jusqu’à sa disparition mystérieuse qui se serait passée en ce lieu même.

Avant de disparaître, le roi aurait prévenu les habitants en leur disant que le jour où ils verraient un cercle avec les marques de ses pieds à l’intérieur, cela signifierait sa mort prochaine. Il leur indiqua d’enterrer cette dernière marque qu’ils auraient de lui. Lorsque le roi disparut, les habitants de Sanghaï auraient retrouvé cette marque, l’auraient enterré et y auraient aménagé une petite toiture de case, telle que celle visible aujourd’hui.

La façon dont le roi a disparu reste aujourd’hui une énigme. Les habitants se demandent si le roi serait aux cieux ou sous terre. Afin de jouir des bénédictions de leur roi, les habitants du village de Sanghaï ont donc fait de ce lieu un Pangool (génie religieux) mais surtout un lieu de libations dont le rituel s’appelle Tiour Diomaaye Niane, en hommage à ce dernier.

Description

Tiour Diomaaye NIANE est un rituel de libations qui se fait au lieu du Pangool Diomaaye NIANE, situé au quartier Pétia de Sanghaï. Le lieu, très bien entretenu par le Satiour (responsable du rituel de libations) Boucar Ndjira DIOUF est composé : -d’une petite toiture de case en paille posée à même le sol et qui symbolise le tombeau du roi Diomaaye NIANE (XIIIe siècle). -Trois baobabs et trois soump (Balanites aegyptiaca) qui entourent le tombeau. Un petit sentier y est balisé, afin de faciliter l’accès au site. Le Tiour Diomaaye comme l’appelle les habitants de Sanghaï se fait en début d’hivernage, au premier mercredi ou samedi du mois de juin de chaque année. Il a lieu le soir ou pendant la nuit. Ce sont tous les habitants du village qui se réunissent au Pangool Diomaaye NIANE pour effectuer le rituel. Il consiste à faire le tour du Pangool tout en versant un mélange de farine de mil et d’eau sucrée sur le tombeau de Diomaaye NIANE et les six arbres qui l’entourent. Après les libations, le Satiour (responsable du rituel de libations) formule ses vœux pour un hivernage prometteur avant que les habitants du village ne fassent les leurs. Le rituel se termine en chants et en danses à la place Nguel Maac. D’autre part, le Satiour fait des rituels de libation individuels au sein de ce même site. Ces rituels destinés à répondre aux besoins de certains habitants du village ou d’autres personnes venues d’ailleurs se font le matin.


Croquis (le cas échéant)

De l’ensemble patrimonial et/ou de sa position dans son environnement

État sanitaire

Valeur patrimoniale :Tiour Diomaaye NIANE, est un rituel très ancré dans la tradition de Sanghaï ; même les jeunes d’aujourd’hui lui accorde une importance capitale.

Lieux associés (autour de la même thématique)

Culture(s) orale(s) en lien avec l'ensemble patrimonial

Légende(s) et/ou mythe(s) associé(s)

Mythe du Pangool (Génie religieux) Diomaaye NIANE : -Il punirait ses adeptes qui croiraient aux religions révélées.

-Tout étranger s’aventurant à détruire la petite toiture servant de tombeau au roi Diomaaye NIANE se ferait mordre par des serpents.

-Tous les vœux formulés lors du Tiour Diomaaye NIANE se réaliseraient.

Anecdote(s),discours,impression(s)sur l'ensemble patrimonial

Selon les dires du Satiour Boucar Ndjira DIOUF, un de ses ancêtres serait violemment fouetter par le Pangool (Génie) Diomaaye NIANE car il s’intéresserait à la religion catholique et aurait même la prétention de devenir prêtre. En effet son ancêtre aurait abandonné son idée pour échapper au châtiment du Pangool.

Utilisation(s) actuelle(s)de l'ensemble patrimonial

Fonction initiale : rituel de libations fait par le roi Diomaaye NIANE

Utilisation actuelle : rituel de libations fait par tous les habitants du village de Sanghaï


Statut et signification actuelle de l'ensemble patrimonial

Propriété privée du village de Sanghaï

Informations complémentaires sur l'ensemble patrimonial

Des écrits n’ont pas été trouvé ni sur le rituel de libations ni sur le Pangool Diomaaye NIANE car jusqu’aujourd’hui, les sages du village veulent garder jalousement leur histoire. Le chef du Village, Boucar DIOUF nous confie : « on ne livre pas l’histoire de Diomaaye NIANE et Sanghaï comme ça. Avant vous d’autres personnes sont venues pour nous soutirer des informations, même GRAVRAND et elles n’ont rien eu ». Ces propos tenus par le chef de village sont partagés par les autres sages du village.

Sources

Tradition orale

DIOUF Boucar, chef du village de Sanghaï

DIOUF Boucar Ndjira, cultivateur, Satiour du village, Sanghaï

NDAO Diagone, cultivateur, Sanghaï


Sources écrites

Archives, édition de textes


Illustrations

Photographies actuelles

Sous plusieurs angles, si justifié

Documents anciens (photographies, peintures, gravures...)

 Préciser le(s) lieu(x) de conservation, y compris dans le cas de collections personnelles

Dessins/croquis