IVRAF FA 0013 : Tiouralé Waagaane (rituel) : Différence entre versions

De wiki_fatick_inventaire
Aller à : navigation, rechercher
(Historique)
(Description)
Ligne 75 : Ligne 75 :
 
===Description===
 
===Description===
  
Tiouralé Waagaane  est un rituel de libations qui réunit tous les villageois qui apportent leurs offrandes au Pangool du village. Ce sont des naq (boule de farine de mil sucré) qui sont données en offrande au Pangool Waagaane. Chaque famille apporte donc sa part de « naq » au Pangool. Le rituel de libation qui se fait après la saison des pluies est un rituel de remerciement au Pangool qui les aurait permis d’avoir des récoltes. L’offrande de ce rituel est composée de sadie (coucous de mil) et de fognèkha gnaw (sauce à base de haricot local). Le mil et le haricot sont donnés en offrande car ce sont les deux principales cultures vivrières de la localité. Le lieu du Tiour constitue le lieu ou le roi Waagaane FAYE avait convoqué les habitants de Ndiongolor avant de disparaître mystérieusement dans la forêt de Masa pour certains et dans la mer à hauteur de Siliif pour d’autres. Aujourd’hui le lieu comprend trois poudaye, bentégné en wolof ( caïcédrat) un baobab et un ngaan, boul en wolof ( Celtis integrifolia).
+
Tiouralé Waagaane  est un rituel de libations qui réunit tous les villageois. Il se déroule là où le roi Waagaane Faye avait convoqué les habitants de Ndiongolor avant de disparaître mystérieusement dans la forêt de Masa pour certains, dans la mer à hauteur de Siliif pour d’autres. Aujourd’hui le lieu comprend trois poudaye, bentégné en wolof (caïcédrat), un baobab et un ngaan, boul en wolof (Celtis integrifolia).
 +
 
 +
Le rituel de libation qui se fait après la saison des pluies est un rituel de remerciement au Pangool qui les aurait permis d’avoir des récoltes. Chaque famille apporte ses offrandes au Pangool du village. Ce sont des naq (boule de farine de mil sucré) qui sont données en offrande. L’offrande de ce rituel est composée de sadie (coucous de mil) et de fognèkha gnaw (sauce à base de haricot local). Le mil et le haricot sont donnés en offrande car ce sont les deux principales cultures vivrières de la localité.
  
 
===Croquis (le cas échéant)===
 
===Croquis (le cas échéant)===

Version du 22 octobre 2012 à 10:22

Références du dossier documentaire

Numéro du dossier

IVRF_FA_0013

Date d'enquête

24/09/2012

Nom et prénom de l'enquêteur

FAYE Selbé

Désignation

Dénomination(s) actuelle(s)

Rituel

Appellations successives

Tiouralé Waagaane (rituel de libations)

Type de patrimoine

Patrimoine immatériel

Thématique

La royuaté

Localisation

Communauté rurale

Diouroup

Lieu-dit/quartier/autre

Village

Adresse

Quartier Sassème, Ndiongolor

Références cadastrales (le cas échéant)

Section :.......... N° parcelle(s) :..........

Géolocalisation

Latitude :14° 21’ 26. 81

Longitude : 16° 29’ 03 .62

Historique et description

Acteur(s)

Waagaane FAYE, roi du Sine à la fin du XIVe siècle)

Date/période de réalisation

XVe siècle

Historique

Tiouralé Waagaane est un rituel de libation de Waagaane, du nom du roi du Sine qui en a été à l’origine. C’est à la disparition de ce roi au XVe siècle que les habitants de Ndiongolor ont commencé à le célébrer. En effet, le roi aurait vu venir sa mort et aurait convoqué toute la capitale qui était Ndiongolor. La population n’aurait pas répondu en masse à son appel. Seuls quelques jeunes et un vieux d’une famille Ndiaye, du quartier Sassème à Ndiongolor, se seraient présentés au rendez-vous. Pourtant l’objet de cet appel était de leur léguer une partie de sa sagesse et de ses pouvoirs mystiques.

Vexé par le peu de présents à son appel et par leur jeunesse, le roi aurait dit : "Je vais vous parler un langage que vous jeunes pouvez comprendre puisque les adultes ne sont pas là". Ainsi il leur laissa une partie de son savoir en leur demandant d’effectuer avant chaque hivernage des libations et de formuler leurs vœux en ce lieu même où il avait convoqué les villageois. Le droit de Tiour (rituel de libation) fut légué à la seule personne présente dans l’assemblée, membre de la famille Ndiaye. Il devint alors le Satiour (responsable du Tiour). Depuis lors, cette famille est responsable du Pangool Waagaane Faye et du rituel. L’héritage du Tiour est de lignée paternelle comme l’avait suggéré le roi.

Tiouralé Waagaane est célébré avant et après chaque hivernage mais également en cas de crise. En effet à chaque fois que les villageois sentent le besoin, le Tiour peut être fait.

Description

Tiouralé Waagaane est un rituel de libations qui réunit tous les villageois. Il se déroule là où le roi Waagaane Faye avait convoqué les habitants de Ndiongolor avant de disparaître mystérieusement dans la forêt de Masa pour certains, dans la mer à hauteur de Siliif pour d’autres. Aujourd’hui le lieu comprend trois poudaye, bentégné en wolof (caïcédrat), un baobab et un ngaan, boul en wolof (Celtis integrifolia).

Le rituel de libation qui se fait après la saison des pluies est un rituel de remerciement au Pangool qui les aurait permis d’avoir des récoltes. Chaque famille apporte ses offrandes au Pangool du village. Ce sont des naq (boule de farine de mil sucré) qui sont données en offrande. L’offrande de ce rituel est composée de sadie (coucous de mil) et de fognèkha gnaw (sauce à base de haricot local). Le mil et le haricot sont donnés en offrande car ce sont les deux principales cultures vivrières de la localité.

Croquis (le cas échéant)

De l’ensemble patrimonial et/ou de sa position dans son environnement

État sanitaire

Valeur patrimoniale :Importante, suscite encore une certaine mysticité pour les populations locales. Même les jeunes pour leurs examens et autres sollicitent le Satiour (responsable du rituel de libations).

Lieux associés (autour de la même thématique)

Mbissel (où le roi Waagaane FAYE a été éduqué), Masa (où il aurait disparu), Silif, (on y aurait trouvé ses chaussures), Dioral (des habitants de ce village auraient trouvé ses chaussures)

Culture(s) orale(s) en lien avec l'ensemble patrimonial

Légende(s) et/ou mythe(s) associé(s)

Mythe Tiouralé Waagaane : Après le rituel de libation, tous les vœux des habitants de Ndiongolor se réaliseraient. Toute personne qui essaie de le démystifier, serait punie par le Pangool (Génie religieux).

Anecdote(s),discours,impression(s)sur l'ensemble patrimonial

Les habitants de Ndiongolor, s’ils font le rituel de libation comme il se doit, seraient protégés ainsi que leurs bétails et leurs biens. C’était la promesse faite par le roi Waagaane FAYE avant de disparaître. M. Mbaye NDIAYE, Satiour Waagaane FAYE (responsable du rituel de libation Waagaane FAYE) nous raconte : « Il y a de cela dix ans, nous manquions d’eau de pluie à tel point que le bétail mourait et les récoltes s’asséchaient, quand on avait soumis la situation au Pangool Waagaane FAYE en effectuant le rituel de libation, la pluie n’avait pas attendu. Ce jour là, il a plu des cordes. On a terminé le rituel sous cette pluie abondante. Je reste convaincu ainsi que beaucoup des habitants du village des pouvoirs du Pangool. Même les plus hautes autorités viennent pour que l’on leur fasse le rituel afin les protéger ou les aider à accéder à un certain niveau de carrière. Nous l’avons fait pour un ministre qui par la suite a déclaré mérité sa place et a donc démenti notre intervention. Il avait été destitué quelques semaines après ».

Utilisation(s) actuelle(s)de l'ensemble patrimonial

Fonction initiale : prédication du roi Waagaane FAYE (XIVe)

Fonction actuelle : rituels de libation

Statut et signification actuelle de l'ensemble patrimonial

Propriété privée de la famille FAYE du Quartier Eglise de Ndiongolor car le champ où se trouve le Pangool qui est à l’origine du rituel de libation leur appartient.

Informations complémentaires sur l'ensemble patrimonial

Thiouralé Waagaane, le rituel se faisait par tous les villageois, mais cela fait six ans que cela n’a pas eu lieu. Selon Satiour Mbaye NDIAYE (responsable du rituel), il y avait de plus en plus de jeunes et peu de personnes d’âge mûr, ce qui l’a découragé lui qui s’occupe de l’organisation. Par ailleurs les habitants du village et d’autres personnes viennent pour leur intérêt personnel et il leur fait le rituel afin que leurs vœux soient exaucés.

Sources

Tradition orale

M. NDIAYE Mbaye, cutivateur, Satiour du Pangool Waagaane / quatier Sassème, Ndiongolor.

M. SARR Paul, cultivateur / quartier Eglise, Ndiongolor.

Sources écrites

GRAVRAND Henri, La civilisation Sereer : Cosaan, Abbeville, les nouvelles éditions africaines, 1983, 361 p.

Illustrations

Photographies actuelles

Sous plusieurs angles, si justifié

Documents anciens (photographies, peintures, gravures...)

 Préciser le(s) lieu(x) de conservation, y compris dans le cas de collections personnelles

Dessins/croquis