IVRAF FA 0001 : La maison royale de Diakhao

De wiki_fatick_inventaire
Révision de 21 octobre 2013 à 11:46 par Niasse (discuter | contributions) (Statut et signification actuelle de l'ensemble patrimonial)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
La Maison royale de Diakhao. (c) Région de Fatick ; (c) Région Poitou-Charentes

Références du dossier documentaire

Numéro du dossier

IVRAF_FA_0001

Date d'enquête

12-09-2012

Nom et prénom de l'enquêteur

FAYE Selbé

Désignation

Dénomination(s) actuelle(s)

Maison

Appellations successives

Mbind no maad (Maison royale).

Type de patrimoine

Patrimoine matériel

Thématique

Royauté

Localisation

Département

Fatick

Communauté rurale

Diakhao

Quartier

Escale

Adresse

Références cadastrales (le cas échéant)

Section :.......... N° parcelle(s) :..........

Géolocalisation

Latitude :14°27’ 42.76 Nord

Longitude :16° 17’ 29.29 Ouest

Historique et description

Acteur(s)

Waassila Faye

Date/période de réalisation

13e siècle.

Historique

La maison royale dénommée Mbind no Maad fut fondé par le roi Waassila Faye en 1287. A l’origine très vaste avec de nombreux appartements, la résidence est réduite, aujourd’hui, à sa plus modeste superficie. Cette résidence royale, reconnue patrimoine classé, témoigne de l’histoire de la royauté dans le Sine avec le règne de 49 rois entre 1287 et 1969. Du temps de la royauté, la maison abritait différentes couches sociales et chacune avait un rôle bien défini à jouer. Cette demeure représentait aussi le siège de l’administration royale en servant de résidence au Grand Jaraaf (adjoint au roi), aux deux Farba (chefs des guerriers), au Fara Mbind Kam (gestionnaire du palais) et au beuknek (bras droit du roi).

La reine habitait un appartement appelé Ndambalane. Elle y vivait avec ses esclaves et servantes. Aucun homme n’avait le droit de franchir cette porte. Certains des appartements de la maison royale subsistent encore; même s’ils ont été modifiés. L’histoire de la maison est aussi rattachée aux Dioundioung (tambour des rois du Sine) dont certains sont toujours présents au sein du mausolée de Mahécor, dernier roi du Sine.

En outre, la maison royale abritaient les pangool(génies religieux sérères)Latsouck Faniame et Kanguère. Ces derniers,symbolisés respectivement par un baobab et un celtis intégrifolia, témoignent de l'ampleur de l'animisme à cette époque. Les rois y faisaient leurs libations afin de se prémunir de tout mal.

Description

Située à l’ouest du village de Diakhao, juste en face de la place Waassila (fondateur de Diakhao), la maison royale se distingue par son vaste périmètre et son architecture. Elle est clôturée par un long mur jaune entrecoupé par un portail principal et quatre portes secondaires. Juste devant l’entrée principale de la maison est apposée une petite signalétique qui atteste de son classement au patrimoine culturel du Sénégal.

La maison royale compte sept bâtiments dont quatre en architecture moderne. Les trois autres bâtiments sont d’une architecture coloniale avec des murs en briques rouges et des toitures en tuiles mécaniques. Dans la cour se dresse un immense baobab dénommé Latsouck Faniame Faye.

Par ailleurs, sept tombes royales sont disposées de part et d'autre de la maison. A droite, les tombes de Waassila Faye (juste à l’entrée), de Mahécor Diouf, de Diogo Gnilane Diouf et de Bour sine Coumba Ndoffène Fa Ndèp (plus loin à droite). A gauche, se situent les tombes de Latsouck Faniame Faye, d’Ama Gnilane Diouf et celle de Mbacké Ndèp Ndiaye (derrière les bâtiments). Mise à part celles de Mahécor Diouf et de Bour Sine Coumba Ndoffène Fa Ndèp, les cinq autres tombes sont quasi identiques, tant du point de vue de leur forme que des matériaux qui les composent : muret en forme rectangulaire, ciment, carreaux bleus sur lesquels est gravé le nom du roi enterré. Les tombes de Mahécor Diouf et de Bour Sine Coumba Ndoffène Fa Ndèp sont les plus imposantes.

Croquis (le cas échéant)

De l’ensemble patrimonial et/ou de sa position dans son environnement

État sanitaire

La Maison royale est en bon état.

Valeur patrimoniale :

Lieux associés (autour de la même thématique)

Ndoffane no Maad (où est enterré Bour Sine Coumba Ndoffène Fa maack)

Ndoffène (où se situe la maison paternelle de Mahécor Diouf, dernier roi de Sine)

Diakhao maak (où le roi nouvellement intronisé passait ses 3 premières nuits)

Les villages de Nguékhokh, de Sandock, de Thioupane, de Sane linguère, et de Ndiourbel Sine étaient sous le contrôle de la linguère.

Culture(s) orale(s) en lien avec l'ensemble patrimonial

Légende(s) et/ou mythe(s) associé(s)

Mythe du baobab Latsouck Faniame Faye (fangool du roi même nom) : des abeilles en sortent parfois et piquent les gens. Alors, un rituel consistant à verser du lait autour du baobab est organisé afin de les faire rentrer dans leur niche.

La chute mystérieuse du baobab jumeau à celui de Latsouk Faniame Faye : le baobab s'est affaissé sans bruit ni dégâts.

Anecdote(s),discours,impression(s)sur l'ensemble patrimonial

Attaque de la Maison royale en 1867 par Lat Dior, Roi du cayor (royaume voisin). En l’absence de Bour Sine Coumba Ndoffène, Lat Dior brûla une partie de la Maison royale avant de le rejoindre au village de Keur Ngor.

Fonction(s) initiale(s) et utilisation(s) actuelle(s)de l'ensemble patrimonial

Fonctions initiales : Maison, siège de l'administration royale.

Utilisations actuelles : lieu d'habitation, lieu de recueillement.

Statut et signification actuelle de l'ensemble patrimonial

Statut : propriété privée, classée monument historique par le ministère de la culture du Sénégal

Signification actuelle : le statut de palais royal lui est encore reconnu.

Informations complémentaires sur l'ensemble patrimonial

Sources

Tradition orale

BA Birane, enseignant, Diakhao.

DIOUF Mahécor, conservateur et chargé de communication de la Maison royale, Diakhao.

NDIAYE Idrissa,communicateur traditionnel, Diakhao

Sources écrites

GRAVRAND Henry, la civilisation Sereer : Cosaan, Abbéville, 1983, 361 p

TOURE Fatou Touth, Rites funéraires et coutumes d’inhumation en pays Seereer du Sine, mémoire de maitrise, Faculté des lettres et sciences humaines, département d’histoire, UCAD, 1998-1999, 110 p.

Illustrations

Photographies actuelles

Documents anciens (photographies, peintures, gravures...)

Préciser le(s) lieu(x) de conservation, y compris dans le cas de collections personnelles

Dessins/croquis